300x195_OUV

Film d’ouverture:
Je me tue à la dire

Comédie dramatique
Xavier Seron, 2016, Belgique
Noir et blanc, français, 90’

Salle Paderewski, 19.10, 20:30

Un comédien trentenaire aux airs macaigniens, cerné par la mort, est persuadé d’avoir contracté le cancer du sein de sa mère. Ce premier long, découpé en chapitres à rebours, conduit son personnage, tour à tour misérable et christique, à déployer tout le spectre de ses pulsions et angoisses de mort. En prise avec un oedipe mal négocié et un couple épuisé, l’anti-héros se débat dans un monde où la bouffe pour chat a remplacé les hosties et les prothèses mammaires sont devenues des soucoupes volantes.
Avec un noir/blanc très texturé, Xavier Seron apprivoise la mort et la maladie avec comme seule arme un humour noir qui n’est pas sans rappeler le faux documentaire du trio Belvaux, Bonzel et Poelvoorde.
Au-delà de la filiation, une poésie du sordide et une tendresse un peu moite résistent à l’économie de cette dérision cruelle et généralisée, parvenant à rendre la farce gracieuse.


300x195_CLOT

Film de clôture:
Revengeance

Animation / Road movie / Thriller
Bill Plympton, Jim Lujan, 2016, Etats-Unis
Couleur, anglais, 71’
Première Suisse

Salle Paderewski, 22.10, 20:30

Trois ans après son dernier long métrage, le cinéaste indépendant Bill Plympton s’associe avec l’animateur Jim Lujan («Sanjourno Must Die», 2012) pour produire un nouveau film d’animation. Le premier réalise et anime l’opus lorsque le second prend en charge le character design et l’écriture du scénario et des dialogues. Synthèse de l’univers esthétique et du savoir-faire technique des deux hommes, «Revengeance» raconte les déambulations californiennes d’un chasseur de primes au service d’un sénateur. Celui-ci attend qu’on lui ramène un colis dérobé et sa voleuse avec.
A cheval entre le thriller et le road movie, le film est l’occasion d’une immersion dans une faune tarantinesque et humide, peuplée de personnages rebattus (le biker, le camé, le politicien, le gangsta, etc.) et la promesse de sueurs froides, de règlements de compte voyous et d’un humour volcanique.