Swedish Nymphette: Christina Lindberg

Paderewski, 22.10, 22:30

Sex and Fury

Norifumi Suzuki, 1973, Japon
Digital, Japonais, st. français, 88′
En présence de Christina Lindberg

Durant le festival de Cannes 1971, Christina Lindberg alors présente pour la promotion de «Exposed» (Gustav Wiklund), est approchée par des représentants du studio japonais Toei. Deux ans plus tard, elle s’envole pour Tokyo où elle tourne «Journey to Japan» (Sadao Nakajima) et ce plus intéressant «Sex and Fury» signé du réalisateur du «Couvent de la bête sacrée». Elle y incarne une espionne anglaise qui croise le chemin de Kyoko (Reiko Ike, figure emblématique de l’exploitation nipponne), femme fatale revancharde à la recherche des meurtriers de son père. Grâce à sa maestrie visuelle, ses scènes d’actions mémorables et son érotisme délicieux, «Sex and Fury» s’est imposé comme une référence du cinéma de genre japonais.